S'abonner à l'infolettre

La mensuelle, sexe, santé, solidarité. Octobre 2018

Bon mois d'octobre à tous.tes ! C'est le temps des récoltes et des couleurs automnales...

Bonne nouvelle : Le rapport de recherche “Promouvoir des programmes d’éducation à la sexualité positive, inclusive et émancipatrice: Méta-analyse qualitative intersectionnelle des besoins exprimés par les jeunes”  est maintenant en ligne ! Nous vous invitons à le consulter pour constater ce que les jeunes aimeraient apprendre dans leurs cours d'éducation à la sexualité.

Pour ceux qui trouverait la lecture d’un rapport de recherche intimidante, voici un lien pour le Petit manuel pour une éducation à la sexualité positive, inclusive et émancipatrice Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.dont l'objectif est de vulgariser cette même recherche.

Nous amorçons ensemble notre réflexion stratégique et les membres recevront sous peu un questionnaire qui nous aidera à coconstruire les orientations de la FQPN pour les prochaines années. Restez à l'affût et merci de contribuer à notre réflexion commune !

Aussi, sortons nos agendas, puisque nous avons deux invitations spéciales :

  • Mercredi 13 mars prochain aura lieu une journée de réflexion pour les membres 
  • Jeudi le 13 juin aura lieu l'Assemblée Générale Annuelle (AGA) 

(oui, on mise sur le 13...on a entendu dire que c'est un chiffre chanceux ;-)

En espérant avoir le plaisir d'y être tous.tes ensemble !

Éducation sexuelle

Actualités

Un nouveau programme d’éducation à la sexualité qui ne fait pas l’unanimité Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.
Source : Montréal Campus, octobre 2018
Le rapport de recherche "Une éducation à la sexualité positive, inclusive et émancipatrice" critique et propose des solutions au projet pilote national d’éducation à la sexualité mis sur pied par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur.
Éducation sexuelle vue par les jeunes : consentement, biologie et plaisir au cœur des questions Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.
Source : Radio-Canada, octobre 2018
« Si j'avais un conseil à donner à un parent qui ne sait pas comment parler de sexualité à son enfant, ce serait de ne pas s'asseoir et dire : "Il faut parler" [...] Il faut prendre la situation à la légère, mais pas trop. Être décontracté avec le fait de parler de [sexualité] avec son enfant, mais sérieux dans les informations qu'on doit transmettre », explique Jeanne, 13 ans.
Une éducation sexuelle pour des élèves ayant une déficience intellectuelle... Pourquoi? Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.
Source : Huffingtonpost, octobre 2018
Partout au pays, nombreuses ont été les discussions sur l'éducation sexuelle de nos jeunes. Nous avons entendu divers groupes parler de ce qui est enseigné et de ce qui ne l'est pas dans nos écoles. Or, il existe un groupe dont la voix ne se fait pas entendre. Les élèves ayant une déficience intellectuelle ont aussi besoin d'éducation sexuelle, et personne n'aborde cette question.
Les sexologues veulent contribuer à l'éducation sexuelle des jeunes Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.
Source : Radio-Canada, octobre 2018
Des sexologues déplorent ne pas avoir été impliqués dans l'implantation du nouveau programme d'éducation sexuelle obilgatoire depuis septembre pour tous les élèves de la province. Certains offrent même leur aide bénévolement aux enseignants du Québec.
Parler de sexe sans complexe en classe Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.
Source : Le Devoir, octobre 2018
Une étude universitaire dévoilée jeudi met en garde contre la tentation de la censure dans l’éducation à la sexualité, qui est obligatoire au primaire et au secondaire depuis la rentrée scolaire du mois dernier. Les enseignants ont tendance à retenir de l’information ou même à mentir par crainte de traumatiser les jeunes ou de déranger les parents, souligne l’étude menée par des chercheuses de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et de la Fédération du Québec pour le planning des naissances (FQPN).

Outils

Live avec Livia et Nan Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.
Source : VRAK TV live, octobre 2018
"On est live avec Livia Martin et Nan Desrochers de VRAK tv et Estelle de Les Ateliers Sex URL, sexologue, pour parler du consentement !"
LE CONSENTEMENT ET LA LOI Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.
octobre 2018
À l’occasion de la pièce Consentement, qui sera présentée en décembre, le magazine Voir et DUCEPPE vous présentent une série de balados en 6 épisodes qui met en lumière diverses facettes du consentement sexuel. Deuxième balado sur les aspects juridique du consentement.
Petit manuel pour une éducation à la sexualité positive, inclusive et émancipatrice Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.
Source : FQPN, octobre 2018
Vulgarisation et mise en contexte militant de la recherche “Promouvoir des programmes d’éducation à la sexualité positive, inclusive et émancipatrice”

Contraception

Actualités

Rapport UNFPA, la liberté de décider du nombre, du moment et de l'espacement des grossesses peut renforcer le développement social et économique Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.
Source : CDEACF, octobre 2018
La composition d’une famille est intimement liée aux droits reproductifs, qui dépendent eux-mêmes de nombreux autres droits, notamment à la santé, à l’éducation et à l’emploi. La jouissance des droits individuels favorise l’épanouissement de chacun. En revanche, lorsque ces droits sont réprimés, les populations peinent à s’épanouir pleinement, ce qui entrave les progrès économiques et sociaux, selon le nouveau rapport intitulé « Le pouvoir du choix : les droits reproductifs et la transition démographique ».
De plus en plus de femmes abandonnent la pilule Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.
Source : TVA Nouvelles, octobre 2018
Les effets secondaires de la pilule contraceptive contribuent à la chute de sa popularité au Québec. De plus en plus de femmes choisissent un autre moyen de contraception ou ne renouvellent pas leur prescription, révèlent des données inédites de la Régie de l’assurance maladie du Québec.

Outils

L’Association pour la Recherche et le Développement de la Contraception Masculine Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.
Source : ARDECOM, octobre 2018
L’Association pour la Recherche et le Développement de la Contraception Masculine (ARDECOM) souhaite: -la mise en place de formations à la contraception masculine pour les professionnels de santé (qui pourraient être assurées par les Drs Soufir et Mieusset au sein de la Société d’Andrologie de Langue française) ; -la diffusion d’information sur la contraception masculine dans les centres de planification (ceux du Planning familial et les autres) et dans les lieux de formation des adolescents ; la création de consultations de contraception masculine. -la constitution d’un réseau-relais de médecins prescripteurs en régions.

Avortement

Actualités

« Le droit à l’avortement n’est pas gagné au Québec » Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.
Source : Radio-Canada, octobre 2018
L'accessibilité à l'avortement fait encore défaut dans certaines régions du Québec, déplore Mariane Labrecque, de la Fédération du Québec pour le planning des naissances. On croit que le Québec est un paradis de l’avortement, que c’est une lutte qui est gagnée, mais non, dit-elle. L’accessibilité aux services d’avortement, particulièrement en région, est très fragile, et c’est souvent tributaire des médecins."
L'avortement : un droit inégal entre les grands centres et les régions Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.
Source : Radio-Canada, octobre 2018
30 ans après la légalisation de l'avortement au Canada, interrompre une grossesse n'est pas un droit facilement accessible dans toutes les régions du pays.
343 femmes européennes signent un manifeste pour le droit à l’avortement Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.
Source : Journal Métro, octobre 2018
Inquiètes de la «montée des nationalismes et du conservatisme» et de «retours en arrière» en matière d’accès à l’IVG, 343 femmes de 28 pays d’Europe ont publié vendredi un «manifeste» pour le «droit à un avortement sûr et légal dans toute l’Union européenne». Les signataires, parmi lesquelles des militantes féministes, des universitaires, de «simples citoyennes» et de nombreuses élues – surtout de gauche et écologistes -, entendent par ce texte rendre hommage au célèbre manifeste par lequel 343 Françaises avaient revendiqué, en 1971, avoir eu recours à un avortement alors criminalisé
Parler d’avortement au G7 était incontournable, dit l’ambassadrice Isabelle Hudon Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.
Source : L'Actualité, octobre 2018
L’ère des compromis est terminée, a déclaré l’ambassadrice du Canada en France, Isabelle Hudon, qui n’a pas voulu mettre de côté la question de l’avortement et de la santé sexuelle des femmes lors du dernier Sommet du G7, même si elle savait que cela allait créer de l’inconfort.
Lumière sur la croisade anti-avortement menée en Californie Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.
Source : France Info, octobre 2018
Aujourd'hui, en Californie (États-Unis), les mouvements anti-avortement sont en position de force. Pourquoi ? Et avec quelle méthode exactement ? Près de Los Angeles, dans ce qu'on appelle un centre de crise pour femmes enceintes, des bénévoles chrétiens offrent tout le nécessaire pour les grossesses et les nouveau-nés. Officiellement, ce centre médical dispense de l'aide et de l'information neutre.

Outils

Carte. Avortement. Où en est-on dans le monde ? Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.
Source : Courrier international, octobre 2018
À l’occasion de la journée mondiale de l’avortement ce 28 septembre, cette infographie montre qu’à travers le monde, le droit à l’avortement varie largement selon les pays.

Santé maternelle

Actualités

LA MATERNITÉ À L’HEURE DE L’APÉRO Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.
Source : La Gazette des Femmes, octobre 2018
Quand il s’agit d’associer alcool et maternité, les gags se multiplient aussi vite qu’une tournée de tequila enfilée par les protagonistes du film Mères indignes dans un bar de Vegas. Le « Vindredi » est devenu l’un des rituels préférés d’une sororité qui décompresse avec un gros ballon de vin (rebaptisé mommy juice) et se rassemble dans une atmosphère propice à la confidence. On exagère, vous trouvez? Un peu… Mais si ce sujet en apparence festif masquait quelque chose de plus profond, comme une charge mentale qui déborde? Tour de table à propos de la maternité à l’heure de l’apéro.
Quand l’accouchement est synonyme de violence Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.
octobre 2018
Selon la juriste Marie-Hélène Lahaye, auteure du livre Accouchement : les femmes méritent mieux, de nombreuses femmes sortent de leur accouchement traumatisées, notamment parce que certaines ont vécu de la violence obstétricale.
Non, le Québec n’est pas à l’abri de la violence obstétricale Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.
octobre 2018
L’AOGC via son Président soutient que nous ne pouvons comparer nos pratiques en obstétrique et celles de la France. Il prétend également que les violences obstétricales n’existent pas au Québec. Il est vrai que les systèmes de santé du Québec et de la France sont tout à fait différents à plusieurs égards mais la différence ne prouve aucunement une absence de violence obstétricale.
Accoucher à l'hôpital: choix ou obligation? Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.
octobre 2018
Les femmes subissent-elles trop de pression pour qu’elles accouchent à l’hôpital? C’est du moins ce que pense l’auteure et blogueuse belge Marie-Hélène Lahaye dans son livre «Accouchement : les femmes méritent mieux». Elle remet également en question certaines pratiques comme le recours à l’épidurale.
Les applis de suivi menstruel ne servent à rien Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.
Source : Vice , octobre 2018
C’est simple, les menstruations sont devenues à la mode. Déjà NPR a nommé l’an 2015 « année des menstruations » et Mashable nous explique que 2016 était l’année des technologies de santé féminine. Silicon Valley s’intéresserait-elle enfin aux femmes? On dirait bien, et cet engouement a un nom : le Femtech. Les entrepreneures du Femtech, l’application de suivi menstruel Clue en tête, veulent offrir une solution technologique aux besoins de santé bien spécifiques qu’ont les femmes (un terme qui est censé représenter toutes les personnes qui menstruent, en laissant derrière les personnes trans et non binaires).

Sans perdre de vue...

Actualités

Unies pour soutenir les victimes de #MeToo Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.
Source : Le Devoir, octobre 2018
Invitées à prendre la parole lors d’un rassemblement de militants pour souligner le premier anniversaire du mouvement #MeToo, les représentantes des quatre partis politiques à Québec ont uni leurs voix pour affirmer l’importance de mieux soutenir les victimes d’agressions sexuelles et ont promis d’en faire un enjeu « non partisan » à l’Assemblée nationale.
Le Canada devrait en faire plus pour les femmes réfugiées, selon Oxfam Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.
Source : Le Soleil, octobre 2018
Certaines des conclusions sont troublantes, notamment une statistique montrant que 25 à 50 % des décès maternels dans les camps de réfugiés sont causés par des avortements non sécuritaires et par les complications qui y sont associées. Cela est dû en partie à un manque d’accès adéquat aux services de santé sexuelle et reproductive, qui sont souvent considérés comme une priorité «secondaire» lorsque les personnes sont forcées de fuir leur domicile en raison d’un conflit.
Une responsabilité envers les femmes Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.
Source : Le Droit, octobre 2018
Lettre au nouveau Premier ministre François Legault : "Le mouvement planétaire #moiaussi n’a pas trouvé écho lors de la campagne électorale, Nous vous interpellons ici pour remettre en lumière l’ampleur des discriminations, iniquités et violences diverses et variées dont sont encore victimes les femmes au quotidien dans notre société dite progressiste."
Imprimer Partager par courriel. Partager sur : FaceBook Twitter LinkedIn