Suivez-nous sur : FaceBookTwitter

Dernières nouvelles

Lettre au Ministre Y.Bolduc

La FQPN partenaire en éducation sexuelle

Fév.2015- Monsieur Yves Bolduc, ministre de l’éducation, est actuellement en train de mettre sur pied un projet pilote en éducation sexuelle dans les écoles sans aucune consultation du milieu communautaire. Il nous semble fondamental que l’expertise et les compétences de celui-ci soient reconnues et mises à profits dans le cadre de l’élaboration du projet pilote …Lire la suite de Lettre au Ministre Y.Bolduc

Nos corps, complices de l’intimité

Canevas d’atelier sur la santé, la sexualité et les relations intimes

La Collective pour un ouvrage de référence participatif sur la santé des femmes (CORPS des femmes) vous propose un atelier pour faciliter la discussion et les échanges à propos de la sexualité et des relations intimes. Le matériel utilisé dans ce canevas est tiré du chapitre 5 de Our Bodies, Ourselves (2011 www.ourbodiesourselves.org), un ouvrage de référence féministe …Lire la suite de Nos corps, complices de l’intimité

Du 22 au 27 février, on augmente la pression!

Semaine d'action contre les coupes et l'augmentation des tarifs

La FQPN participera à la manif-action le lundi 23 février, à 11h30 En savoir plus: nonauxhausses.org La majorité de la population est attaqué par les politiques d’austérité et les réformes néolibérales mises en place par le gouvernement libéral de Philippe Couillard. Au cours des derniers mois, il imposé de …Lire la suite de Du 22 au 27 février, on augmente la pression!

À la une

Ressources conseil grossesse anti-choix

Conférence de presse le 28 janvier, 10h

Vignette promotion rapport sur les ressources conseil grossesse anti-choix

Vous êtes enceinte? Vous ne savez pas quoi faire? Des organismes offrent de vous aider, de vous accompagner dans votre prise de décision, quelle qu’elle soit… Vraiment?

VOICI un jeu interactif qui vous aidera à les démasquerDémasquons les ressources anti-choix!Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.

Les ressources conseil grossesse sont là pour accompagner celles qui font face à une grossesse non planifiée. Mais que se passe-t-il lorsque ces ressources, dont l’image publique est neutre et professionnelle, sont animées par des personnes défavorables à l’avortement?

« Es-tu vraiment prête à vivre toute ta vie avec la décision d’avoir tué ton enfant?Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre. »
« Si y'a une petite grafignure qui se fait, après c'est plus propice à la nidation, tu pourrais plus avoir de bébé. C'est un risque qui est à prendre. Aussi, s'il reste un petit morceau, une petite affaire, ça peut t'apporter des hémorragies, ça. (...) Y'a beaucoup plus de cancers du sein. (…) L'avortement, tu le paies plus fort que tu penses, c'est ça l'affaireCe lien ouvre une nouvelle fenêtre. »
«Des fondations pour la protection des animaux donnent des subventions aux laboratoires pour qu’ils utilisent des fœtus avortés au lieu des rats, raconte-t-elle. Ils s’en servent aussi pour fabriquer des produits de beauté. Les cliniques les vendent, surtout s’ils ne sont pas trop maganés.Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.»

À NOTER : ces informations sont totalement fausses. Pour en savoir plus, consultez ce documentCe lien ouvre une nouvelle fenêtre. produit par le Conseil du statut de la femme à l’occasion des 25 ans de la décriminalisation de l’avortement.

Non, ce n’est pas dans le Sud des États-Unis mais bel et bien au Québec qu’ont été enregistrées ces «interventions» visant à «accompagner et soutenir» des femmes qui se questionnent sur la poursuite d’une grossesse non planifiée.

Le Québec est la province canadienne où il y a le plus de points de service de santé sexuelle et reproductive. La majorité  de la population considère que l’avortement devrait être laissé au libre-choix des femmes et l’Assemblée nationale a réaffirmé à plusieurs reprises sa position pro-choix.

Pourtant, certains groupes et individus continuent à s’opposer à l’avortement et s’organisent afin de faire interdire ou de limiter sa pratique. S’il est normal, dans une société pluraliste, que des enjeux de société soient débattus dans l’espace public, est-il acceptable que ce combat se mène dans un contexte d’intervention psychosociale, auprès de femmes confrontées à une décision qui aura un impact majeur sur le reste de leur vie?

« Les femmes ont le droit d’avoir des informations justes lorsqu’il s’agit de prendre une décision aussi importante que celle de poursuivre ou non une grossesse non planifiée. L’intervention doit avoir pour but d’accompagner dans la prise de décision et non pas de convaincre qu’une option est meilleure que l’autre » dit Sophie de Cordes, coordonnatrice de la FQPN.

—————————————————

ENCEINTE? BESOIN D’AIDE?
S.O.S Grossesse QuébecCe lien ouvre une nouvelle fenêtre., 418 682-6222
S.O.S Grossesse EstrieCe lien ouvre une nouvelle fenêtre., 819 822-1181
Grossesse-SecoursCe lien ouvre une nouvelle fenêtre., 514 271-0554

—————————————————

La FQPN rend aujourd’hui disponibles des outils pour mieux connaitre et démasquer ces ressources, accompagnés de recommandations pour le Ministère de la santé et des services sociaux visant à limiter les impacts négatifs de ces pratiques sur celles qui s’interrogent sur la poursuite de leur grossesse.

Pour en savoir plus :

À consulter aussi :

Dans la presse au Québec :

Imprimer Partager par courriel. Partager sur : FaceBook Twitter LinkedIn

Démasquons les ressources anti-choix!

Jeu interactif en ligne

Jeu: Démasquons les ressources anti-choix!

Les ressources conseil grossesse sont là pour accompagner celles qui font face à une grossesse non planifiée. Mais que se passe-t-il lorsque ces ressources, dont l’image publique est neutre et professionnelle, sont animées par des personnes défavorables à l’avortement? DES HORREURS! Ne vous laissez pas prendre! Apprenez à démasquer les ressources conseil grossesse anti-choix à …Lire la suite de Démasquons les ressources anti-choix!