Orientations sexuelles

Page en construction...

 

L’orientation sexuelle désigne l’attirance émotionnelle et/ou sexuelle qu’on a pour des personnes d’un sexe ou d’un genre particulier. On peut simplifier la question en se demandant : Par qui est-on attiré?

Il y a de nombreuses réponses possibles à cette question, certaines plus simples que d’autres, mais il n’y a pas de mauvaise réponse. L’attirance, ce qu’elle veut dire, est différente pour chacun.e. On pourrait être vraiment attiré physiquement par les hommes, alors qu’émotionnellement ou romantiquement on se sente plus près des femmes. L’attirance peut donc être intellectuelle, émotionnelle, physique, romantique, etc.

On peut aussi s’identifier comme asexuel.le[1] et ne pas ressentir de désir sexuel, bien qu’on puisse être attiré-e romantiquement ou visuellement par quelqu’un. On peut aussi être en questionnement, c’est-à-dire s’interroger sur son orientation sexuelle ou au contraire, s’identifier comme queer et être attiré par une variété de personnes sans nécessairement se soucier de leur genre. Tout le monde a une orientation sexuelle, même si on ne sait pas encore ou que le sexe, ça nous intéresse pas ou qu’on ne veut pas lui donner d’étiquette.

C’est normal de se demander quelle est son orientation sexuelle. Pour certain.e.s d’entre nous c’est clair à partir d’un très jeune âge alors que pour d’autres, c’est dans la trentaine ou même plus tard que ça devient plus clair. On peut même changer d’orientation au cours d’une vie…

Lorsqu’une personne grandit, on assume qu’elle est hétérosexuelle. C’est parce que notre société est hétéronormée, c’est-à-dire que la « norme » par défaut est l’hétérosexualité : un homme et une femme dans un couple monogame idéalement avec des enfants. Toute personne qui diverge du modèle hétérocentriste, soit parce qu’elle ne se conforme pas aux stéréotypes de genre, soit parce qu’elle a une orientation sexuelle différente de la majorité, est exposée au jugement, à la discrimination voire à la violence. Par exemple : les jeunes hommes, qu’ils soient gais ou perçus comme tels, sont plus victimes d’intimidation à l’école. C’est ce qu’on appelle l’homophobie.

Bien que l’orientation sexuelle est reconnue comme un motif interdit de discrimination au Canada, il reste encore beaucoup à faire…

 


[1] Lien sur l’asexualité: https://asexualite.wordpress.com/introduction-a-lasexualite/

Date de dernière modification : 24 septembre 2015

Imprimer Partager par courriel. Partager sur : FaceBook Twitter LinkedIn