Enceinte?

Une grossesse survient lorsqu'il y a fécondation d'un ovule (un "oeuf" produit par les ovaires) par un spermatozoïde (gamète mobile contenu dans le sperme) et que le résultat de cette fécondation s'implante dans l'utérus.

La fécondation résulte d'une relation sexuelle  avec pénétration (pénis-vagin) entre deux personnes fertiles. Plus rarement, il arrive de tomber enceinte sans pénétration; ce peut être le cas par exemple lorsqu'il y a éjaculation sur la vulve ou pénétration avec les doigts s'ils sont couverts de sperme.

Une femme n'est pas fertile en permanence, mais seulement quelques jours par mois. Pour les personnes trans, il peut en être autrement dépendamment s'il y a prise d'hormone ou non. Pour en savoir plus sur le cycle menstruel cliquer ici.

Comment savoir si je suis enceinte?

En cas de rapport sexuel à risque ou d'échec de la contraception, ou en cas de retard des menstruations, il est possible de passer un test de grossesse.

Un test de grossesse peut être acheté en pharmacie sans ordonnance (8$ à 18$ selon la marque). On en trouve aussi gratuitement dans les CLSC ou certains organismes communautaires (répertoire), voire dans certains magasins à 1$.

Le principe est simple: le test réagit à la présence d'hormones dans l'urine. La réponse est disponible en quelques minutes. Il est aussi possible de déterminer une grossesse à l'aide d'une prise de sang.

Pas la peine de passer un test le lendemain d'une relation à risque: il faut attendre la date présumée des prochaines règles pour qu'il y ait assez d'hormones dans le sang et qu'elles puissent être détectées. En cas de doute, il vaut mieux se rendre à la pharmacie pour obtenir la contraception orale d'urgence.

Que faire si je suis enceinte?

Face à une telle nouvelle, une multitude de questions se posent : est-ce que je suis prêt.e? Est-ce que je vais y arriver? Comment le dire au(x) partenaire(s)? À ma famille? Est-ce que c’est le bon moment pour moi? Est-ce que je veux avoir un enfant ou un enfant de plus?

Bref, un million de questions et c’est bien normal, car la décision de devenir parent ou d'avoir un enfant supplémentaire a un impact majeur sur notre vie.

Au Québec et au Canada, les femmes et les personnes trans qui font face à une grossesse non-planifiée peuvent choisir librement de poursuivre ou non leur grossesse, et ce depuis 1988. C’est ce qu’on appelle la liberté de choix. Cela signifie que nous pouvons choisir de poursuivre notre grossesse, même si elle n’était pas planifiée, ou nous pouvons décider de l’interrompre en ayant recours à l’avortement.

Durant cette période, si on ne sait pas quelle décision prendre, on peut chercher du soutien auprès de nos proches ou de personnes de confiance. Il est aussi possible de consulter des ressources professionnelles d'aide à la prise de décision (consulter le répertoire).

Attention cependant. Certaines ressources d'aide à la grossesse sont anti-choix (opposés à l'avortement pour des raisons morales ou religieuses), c'est à dire qu'elles ne visent pas à nous aider mais cherchent plutôt à nous convaincre par tous les moyens de poursuivre la grossesse, quitte à offrir de fausses informations sur l'avortement (par exemple qu'il cause l'infertilité ou le cancer du sein- pour en savoir plus... )

Lorsqu'on ne sait pas où aller, ou si on a eu affaire à ce type de centre, il est possible d'appeler la FQPN: 514 866 3721.

Date de dernière modification : 21 mars 2017

Imprimer Partager par courriel. Partager sur : FaceBook Twitter LinkedIn