Insémination maison ou en clinique

 

DESCRIPTION

L’insémination  désigne toutes les formes d’insémination réalisées sans rapports sexuels. Elle consiste à déposer les spermatozoïdes, soit à l'entrée du col de l'utérus, soit au-delà, dans la cavité utérine – on parle alors d’insémination intra-utérine (IIU) - ou dans les trompes, au moment de l'ovulation, en vue d’accroître les chances de fécondation.

L’insémination  peut se faire de façon artisanale à la maison avec le sperme frais d’un donneur connu ou en clinique de fertilité. L'insémination  réalisée en clinique est généralement accompagnée d'une stimulation ovarienne afin d'augmenter les chances de succès et avec le sperme frais du conjoint ou le sperme congelé d’un donneur.

CLIENTÈLE

Femmes dont le conjoint est infertile, femmes seules, personnes trans* ou couples lesbiens. L'insémination peut également être pratiquée lorsqu'un couple choisi d'avoir recours à la gestation pour autrui (c'est à dire de faire appel à une mère porteuse).

FONCTIONNEMENT

L'insémination maison ou artisanale est réalisée sans l'intervention du réseau de la santé. Un test de dépistage des infections transmissibles sexuellement est généralement fait par le donneur. La personne qui souhaite tomber enceinte doit suivre l'évolution de son cycle menstruel afin de connaitre le jour de son ovulation. À ce moment là, le sperme frais est inséré dans le vagin à l'aide d'une pipette. Il faut alors rester allongée 30mn.

L'insémination  en clinique peut se dérouler sur un cycle menstruel naturel mais elle est la plupart du temps réalisée après une stimulation ovarienne. Elle peut être faite avec le sperme du conjoint ou le sperme d'un donneur.

EFFICACITÉ

Les résultats de l'insémination dépendent de très nombreux facteurs :  l'âge de la personne désirant être enceinte, le type de stimulation ovarienne, la méthode de préparation du sperme, etc. Selon les cliniques de fertilité les taux de succès déclarés se situent entre 5 et 20 % par cycle de traitement. Les taux de grossesse diminuent chez les personnes de plus de 35 ans.

Comme les inséminations maison ne sont pas répertoriées, il est difficile d’avancer des résultats mais il doit être semblable à celui d’un couple hétérosexuel fertile, soit 20 % par cycle pour les personnes de 30 ans.  Selon la Coalition des familles homoparentales, il faut compter en moyenne 6 mois d’essai pour devenir enceinte et davantage pour les femmes de plus de 35 ans.

RISQUES

Le risque principal est lié à la stimulation ovarienne. Il y a un risque de 1,6 % de développer un syndrome d’hyperstimulation ovarienne (SHO). En cas de réponse excessive à la stimulation ovarienne, l'interruption du traitement est à envisager. Le SHO peut être plus ou moins grave : nausées, vomissements, distension et douleurs abdominales, hypertrophie des ovaires, difficulté à respirer, dysfonctions ou arrêt des fonctions rénales. Les formes graves sont rares mais peuvent dans certains cas entraîner la mort.

Une insémination artisanale avec du sperme frais représente les mêmes risques qu’une relation sexuelle non protégée avec le donneur, c’est-à-dire la transmission d’une infection transmissible sexuellement.

Pour des informations et ressources complémentaires, consultez ce document et notre centre de documentation

Date de dernière modification : 7 juillet 2015

Imprimer Partager par courriel. Partager sur : FaceBook Twitter LinkedIn