Paroles de femmes sur l’austérité

Recul de l'égalité au Québec

Communiqués de presse

MONTRÉAL, le 3 avril 2016 /CNW Telbec/ - L'R des centres de femmes du Québec, le plus grand réseau féministe d'action communautaire autonome, a publié aujourd'hui les résultats d'une enquête provinciale qui dresse le portrait des reculs des conditions de vie des femmes. « Ce rapport montre bien que l'égalité hommes-femmes est menacée à plusieurs égards, raison pour laquelle les centres de femmes se mobilisent contre l'austérité cette semaine » explique la présidente de L'R, Carolle Mathieu.

Satisfaction des besoins de bases, accès aux services publics et autonomie économique compromis

Les mesures d'austérité nuisent à la satisfaction des besoins de base de 18% des femmes consultées. « La situation est particulièrement inquiétante pour celles qui vivent d'autres formes d'oppression telles que les femmes immigrantes, autochtones, monoparentales, en situation de handicap ou d'itinérance », précise Céline Magontier, du Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU). Alors que dans 47% des cas, les femmes disent être affectées de la diminution de l'accessibilité aux services publics, 27% vivent des impacts directs de la diminution des ressources dans les services destinés aux enfants. « Le Québec a investi beaucoup dans une politique familiale avec des effets positifs importants. Économisera-il vraiment si les femmes se retirent du marché du travail et paient moins d'impôt ou doivent recevoir de l'aide sociale ? » demande Mme Lévesque, directrice générale de la Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec (FAFMRQ). Ce portrait global modifie la planification familiale : 2.5% des femmes consultées diminuent le nombre d'enfants projetés ou remettent en question la possibilité d'en avoir. «Depuis l'entrée en vigueur de la loi 20 et le déremboursement de certaines activités de procréation assistée, certaines femmes et familles ont dû repousser ou abandonner leur projet parental » explique Magaly Pirotte, travailleuse à la Fédération québécoise pour le planning des naissances (FQPN).

Droits des femmes bafoués et violence faite aux femmes

Plus de 2% des répondantes voient une relation entre l'austérité et leur vécu de violence conjugale. Ceci dit, l'analyse illustre que les effets conjugués des différentes mesures d'austérité amplifient la discrimination systémique du groupe social des femmes. « Les droits des femmes sont bafoués! Les mesures d'austérité sont des violences faites aux femmes! Elles causent aux femmes un préjudice, la contrainte et la privation de liberté, dans la vie publique, comme dans la vie privée, » explique Valérie Gilker Létourneau, co-coordonnatrice de L'R.

Les centres de femmes demandent un arrêt d'agir au Gouvernement du Québec

Dénonçant la violence de l'austérité, les centres de femmes sont en action toute la semaine, dans les régions de l'Abitibi-Témiscamingue, du Bas-Saint-Laurent, de la Capitale-Nationale, du Centre-du-Québec, de la Côte-Nord, de l'Estrie, de Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine dans Lanaudière, de Laval, de Mauricie, de Montérégie, de Montréal et du Nord-du-Québec. « La mobilisation des centres de femmes, en dépit du portrait sombre que dresse leur recherche, témoigne de la force, de la détermination et de l'espoir des femmes de construire une société réellement égalitaire et juste pour toutes » affirme Mélanie Sarazin, présidente de la Fédération des femmes du Québec (FFQ).

SOURCE L''R des centres de femmes du Québec 

Renseignements : Valérie Gilker Létourneau, 514-232-9300, info@rcentres.qc.ca

LIENS CONNEXES
www.rcentres.qc.ca

Date de dernière modification : 4 juillet 2016

Imprimer S'abonner au flux RSS Partager par courriel. Partager sur : FaceBook Twitter LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*

*