Vidéo ///ACSEXE+/// Isabelle

 

Depuis plusieurs années, la FQPN a comme projet de traduire un ouvrage fondamental en éducation sexuelle: “The Ultimate Guide To Sex And Disabilty”, par Miriam Kaufman, Cory Silverberg et Fran Odette. Malheureusement, il nous a été impossible à date de réunir les fonds nécessaires pour mener à bien cette tâche phénoménale. Nous avons cependant mis sur pied ACSEXE+, en partenariat avec Accessibilize Montreal, un projet multimédia qui aborde les enjeux de sexualité, d’intimité et de relations amoureuses dans une société largement inaccessible et capacitiste. Cette vidéo a été réalisée au printemps 2015 dans le cadre de ACSEXE+ par Rozen Potin.

TEXTE DE LA VIDÉO

(Musique)

(Musique + bruits de craie)

Moi, Isabelle, qui je suis? C’est une grande question! Principalement je suis doctorante en psychologie communautaire, et une grande féministe depuis 6 ans maintenant.

Je suis très impliquée pour la cause des femmes en situation de handicap. À part ça, je suis une amante de l’aventure, des voyages, j’ai tout le temps aimé aller au-delà de mes propres limites.

En tant que femme avec un handicap ça n’a pas tout le temps été simple pour moi la sexualité et les rencontres avec les autres.On nous considère comme des personnes handicapées et non pas des femmes handicapées, comme si on était asexuées. Justement, le fait qu’on ait une sexualité en tant que femmes en situation de handicap c’est très, très tabou. On n’en parle presque pas au niveau de la société, c’est non reconnu, c’est même, c’est même déplaisant pour les personnes, ça choque.C’est vraiment un choc pour les personnes de comprendre que oui, on peut avoir une sexualité pleinement épanouie.

(Musique)

Moi j’ai connu très tard mes premières relations sexuelles. Mon premier amoureux, mes premiers baisers même, ça a été… mon premier baiser ça a été à 24 ans, alors que la majorité des femmes ont des premiers baisers à 12 ans, 13 ans, 14 ans… la première expérience sexuelle avec un jeune homme…euh…Donc ça fait en sorte qu’on arrive à un âge adulte avec moins d’expérience, moins de connaissances et malheureusement c’est plus facile de vivre des différentes situations d’abus parce qu’on connait moins la sexualité, on connait moins notre corps. On est moins aussi, malheureusement… On s’estime moins donc c’est plus difficile de dire qu’est ce qu’on aime et qu’est ce qu’on n’aime pas.Donc ça je trouve que c’est vraiment difficile, le fait que les expériences sont moins grandes, plus tardives, ça peut mener à des abus malheureusement.

Souvent, quand on a un handicap on passe très vite le sujet de la sexualité en tant que femmes.C’est mis de côté comme sujet et justement tout l’aspect du consentement éclairé, si on veut, c’est un aspect assez complexe, plus complexe qu’on pense. Consentir veut pas seulement dire oui ou non, ça veut dire être bien avec soi-même,être à l’aise avec soi, avec l’autre, être vraiment épanouie et c’est pas juste de dire « oui je le veux. » Mais à un moment donné dans l’acte ça va un peu trop vite, ça va un peu trop loin et là on peut plus vraiment rebrousser chemin. Alors qu’on peut, on peut toujours à tous les stades d’une relation rebrousser chemin, dire « c’est assez pour moi. »

(Musique)

Lorsqu’on a un handicap physique comme le mien notre corps est différent et pour avoir, en tout cas …Pour moi ce que j’ai vite appris avec mon entrée dans la vie adulte, dans la vie de femme, c’est que c’est en connaissant mon corps et ses réactions qui sont propres à lui et uniques que j’ai pu vivre une vraie sexualité. C’est en me connaissant et en le … et en me respectant et en respectant mon propre corps que je là je peux vivre une sexualité. Et je pense même que je pense que c’est important même de vivre en premier lieu une sexualité avec soi avant de la vivre avec un partenaire.Et donc ce que j’aimerais dire à toutes les femmes qui ont différentes sortes de handicap, c’est vraiment ça : « ayez confiance en vous! »Il faut avoir une estime de soi suffisamment forte, se trouver suffisamment belles ,pour parvenir à mettre son pied à terre et à revendiquer une belle sexualité.Parce que ce n’est pas tout d’avoir une sexualité, faut une sexualité épanouissante! Et c’est ce que j’ai envie de dire le plus, c’est ça : « trouvez-vous magnifiques!» On est toutes magnifiques! On a toutes une valeur incommensurable et on a toutes un corps qui en vaut le détour. Donc amenez votre corps avec vous, il est beau, il est plaisant, il est différent,et c’est dans la différence que c’est magnifique, on est toutes différentes et c’est par là qu’on va vous aimer.

(Musique)