S'abonner à l'infolettre

La mensuelle, sexe, santé, solidarité. Mars 2016

Produit une fois par mois par la Fédération du Québec pour le planning des naissances (FQPN) en collaboration avec le Centre de documentation sur l’éducation des adultes et la condition féminine (CDEACF), ce bulletin vise à faire circuler l’information et les outils produits ici et ailleurs par des organismes qui travaillent en santé sexuelle, reproductive et maternelle.

Mobilisation: comme chaque année depuis 2002, le Comité des femmes de diverses originesCe lien ouvre une nouvelle fenêtre. organise une manifestation le 8 mars  à Montréal qui partira à 18h au square Cabot. Un panel sera aussi organisé le 5 mars de 14h à 17h au 1515 Ste-Catherine O, local 1.615 (MacKay) Université Concordia.

Éducation sexuelle

Actualités

Semaine de la santé sexuelle et génésique 2016- récapitulatif Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.
Source : Aime tes parties, mars 2016
Le thème de cette année était: Comment définiriez-vous votre relation? Des relations basées sur la confiance et le respect entre les usager(e)s et les fournisseurs/euses de soins de santé améliorent les résultats cliniques et l’accès aux services de santé. Il est important de travailler ensemble pour des corps, des relations et des communautés en santé!
Résidences pour aîné.e.s: faut-il retourner dans le placard? Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.
Source : Huffington Post, mars 2016
Ayant vécu la majeure partie de leur existence dans une société discriminatoire et hostile, les gais, lesbiennes et bisexuels de 65 ans et plus sont nombreux à craindre la perspective d’aboutir dans un foyer, certain.e.s imaginant devoir retourner dans le placard. Afin de prévenir certaines histoires malheureuses, le GRIS-Montréal a entrepris un projet de sensibilisation aux réalités homosexuelles et bisexuelles auprès des aînés. Son projet de lutte contre l’homophobie «Vieillir sans honte» se bute toutefois à des portes closes.
Tournée dans les cégeps contre la culture du viol- (vidéo) Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.
Source : Huffington Post, mars 2016
Julie Miville-Dechêne, le rappeur Koriass et la journaliste Marilyse Hamelin parleront de la culture du viol et d’agressions sexuelles. La présidente du CSF dit "Pour faire bouger les choses, il faut que des hommes fassent partie de ceux qui passent le message."

Outils

Services d'éducation sexuelle en ligne Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.
Source : Santé publique, mars 2016
Le virtuel peut-il soutenir l’éducation sexuelle au Québec ? C’est quasiment une génération entière qui aura été exemptée de toutes bases théoriques sur la sexualité. Comment pallier à ce manque ? La technologie est-elle la réponse ? Nous avons posé ces questions à Kathleen Coté, e-intervenante en éducation sexuelle, bachelière en sexologie et collaboratrice depuis février 2015 avec le Portail VIH/sida du Québec dans le cadre du projet Sext’Info, une plateforme d’intervention anonyme de SMS et courriels pour répondre aux questions sur la sexualité.
Pas mon genre (vidéo)
mars 2016
Reportage sur la non-binarité dans le genre. Raoule Nadeau, Fal petit et Gabrielle Bouchard nous parlent de ce que vivent les personnes non-binaires au quotidien.
Sex, Asperger’s and Autism - en anglais Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.
mars 2016
Here’s an extensive list of books, articles and websites on sex, Asperger’s and autism.

Contraception

Actualités

Inde : la contraception injectable va être accessible Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.
mars 2016
Le gouvernement indien s’apprête à offrir la contraception injectable, dans un pays où les stérilisations massives ont coûté la vie à de nombreuses femmes.

Outils

Atelier de santé sexuelle et reproductive Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.
Source : Vie autonome, mars 2016
Pour souligner la journée mondiale des Femmes, Sexy-Able de VA-M vous invite à en apprendre plus sur votre santé gynécologique! L’atelier sera animé par une infirmière du Centre de Santé des Femmes de Montréal, un centre spécialisé en santé gynécologique et reproductive.

Avortement

Actualités

Pilule abortive, qu’est-ce que ça change? Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.
Source : La Gazette des femmes, mars 2016
Dès cette année, les quelque 84 000 Canadiennes qui interrompront leur grossesse auront accès au Mifegymiso, mieux connu sous le nom de pilule abortive. Une première dans un pays où la grande majorité des avortements se font de façon chirurgicale. Cette nouvelle option est-elle synonyme d’une plus grande accessibilité à l’avortement pour les femmes des régions éloignées? Ça reste à prouver.
Le point sur l’avortement aux États-Unis Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.
Source : MadmoiZelle, mars 2016
« Depuis 2010, de nouvelles lois ont contribué à la fermeture de 70 cliniques d’avortements aux États-Unis. Les États du Mississippi, du Missouri, du Dakota du Nord et du Dakota du Sud n’ont qu’une seule clinique pratiquant l’IVG chacun… Eh oui : le Mississippi a maintenant exactement quatre fois plus de S dans son nom que de cliniques pratiquant l’IVG. »
Zika : l'ONU défend l'avortement, sujet sensible en Amérique latine Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.
Source : Tempsreel, mars 2016
L'ONU a demandé vendredi aux pays touchés par le virus Zika, soupçonné de provoquer des malformations congénitales, d'autoriser l'accès des femmes à la contraception et à l'avortement, une question encore sensible en Amérique latine, région la plus touchée par l'épidémie.

Outils

Pétition pour financer les services d’interruption de grossesse en clinique au N.-B. Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.
Source : Reproductive Justice New-Brunswick, mars 2016
Les Libéraux de Brian Gallant ont promis d’enlever toutes les barrières à l’accès à l’avortement au Nouveau Brunswick dans leur plateforme électorale en 2014. Toutes les provinces canadiennes qui ont des cliniques d’avortement permettent aux gens d’avoir accès à ce service dans des cliniques communautaires, sauf le Nouveau Brunswick. Signez la pétition qui demande aux membres de la législature provinciale d’appuyer un meilleur accès aux services d’interruption de grossesse dans la province en annulant la section 2.01 (b) de la loi sur le Paiement de Services Médicaux au N.-B. et en finançant les services de santé et d’interruption de grossesse livrés dans la communauté, en commençant par ceux offerts à Clinic 554 à Fredericton.
Barriers to abortion access in Canada - en anglais Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.
mars 2016
This tumblr was created to address barriers and issues surrounding access to abortion services in Canada. We believe in the right to informed decision making.

Procréation assistée

Actualités

La clinique du CHUM ferme ses portes Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.
Source : Le Devoir, mars 2016
Cinq ans après son ouverture, au terme d’investissements publics de 16 millions de dollars, la clinique de procréation assistée du CHUM va fermer ses portes en juin prochain, semant la consternation et l’inquiétude chez les patients infertiles et le personnel de la clinique. La décision est contestée à l’interne, d’autant plus que la clinique avait une expertise unique au Canada pour la clientèle souffrant du VIH.
S’endetter pour procréer Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.
Source : Le Devoir, mars 2016
Pour permettre aux couples infertiles de se payer un traitement de fécondation in vitro, les cliniques privées font des partenariats avec des banques pour leur offrir des options de financement rapides. Malgré tout, plusieurs patientes ne parviennent pas à obtenir un prêt bancaire ou un crédit d’impôt, ce qui les oblige à tirer un trait sur le projet d’avoir un enfant.
Entre commerce et droits de la personne Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.
Source : Le Devoir, mars 2016
Au moment où le Conseil du statut de la femme du Québec (CSF) appelle à une ouverture à l’égard des mères porteuses, l’Europe resserre l’étau sur la maternité pour autrui (MPA) dans l’espoir de freiner l’expansion d’une lucrative industrie axée sur la location de ventres bon marché.

Outils

Maternité pour autrui – Le Conseil estime qu’il faut protéger les mères porteuses et les enfants Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.
Source : Conseil du statut de la femme, mars 2016
Dans son avis rendu public aujourd’hui, le Conseil du statut de la femme estime qu’il faut reconnaître la validité du choix que font des mères porteuses québécoises, quand il est fait par altruisme, sans rémunération. Le Conseil propose en ce sens une série de recommandations afin de mieux protéger ces femmes et leurs enfants. Le Conseil demeure toutefois fermement opposé à l’idée de porter un enfant pour autrui quand il y a rémunération ou présence d’intermédiaires qui en tirent profit. Il recommande d’accroître les efforts pour combattre cette pratique qui existe au pays et à l’étranger. Dans cet avis, le Conseil a procédé à l’étude approfondie de recherches et de politiques publiques à travers le monde. Il a mené sa réflexion dans une perspective éthique féministe, en s’appuyant sur les concepts d’autonomie, d’intégrité et de dignité.
Paternité gaie et gestation pour autrui : expériences des personnes concernées, évolutions récentes et enjeux de reconnaissance au Québec Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.
Source : Coalition des familles LGBT, mars 2016
Conférence de la Coalition des familles LGBT et la Chaire de recherche sur l'homophobie de l'UQAM- Mercredi 9 mars à 19h La gestation pour autrui est un contexte d’accès à la paternité qui gagne en popularité chez les hommes gais au Québec. Pour ce faire, les futurs pères établissent une entente de GPA avec une femme qui accepte de participer à la concrétisation de leur projet parental à titre de gestatrice. Une autre femme peut aussi être sollicitée advenant un don d’ovules. Cette conférence vise à brosser un portrait des expériences des personnes concernées, soit les parents d’intention et les femmes qui agissent comme tierces procréatrices, à partir de savoirs empiriques. Les évolutions récentes et les enjeux de reconnaissance sont aussi présentés afin de situer le phénomène sur le plan social, juridique et étatique.

Santé maternelle

Actualités

Coupures : «Vous n'avez qu'à vous séparer» Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.
Source : La Presse, mars 2016
Deux jours avant d'accoucher, Jennifer Stone a reçu une lettre de la Solidarité sociale l'avisant que ses prestations d'invalidité étaient coupées. Fini, basta. Depuis presque deux ans, elle recevait 900 $ par mois pour payer ses dépenses, pour contribuer à la voiture, l'épicerie, le logement. Son chum travaille en construction, son salaire ne suffit pas. Et là, alors que Jennifer est enceinte jusqu'aux yeux, ils apprennent qu'ils devront se passer de ce montant d'argent, parce que, et c'est ici que ça devient troublant, ils sont maintenant «conjoints de fait». Les grilles de calculs sont intraitables, le revenu de son amoureux dépasse le seuil de revenu familial accepté.
Imprimer Partager par courriel. Partager sur : FaceBook Twitter LinkedIn